Collectif Anti-Jeux Olympiques | CAJO

mars 27, 2006

Esclavage moderne

Filed under: Économie — cajo @ 12:52

 

tavail d'esclave nike

Action antipublicitaire à Paris le 27.01.06 Les briqades antipub

 


extrait d’Alternatives Économiques de mars 2004

Toujours plus vite, toujours moins cher.

La pression exercée par les marques de sport sur leurs fournisseurs entraîne des condidtions de travail désastreuses. Loin des normes prévues par leurs codes de conduite.

[…] Phan, 22 ans, travaillant pour Puma : « Bien que nous soyons fatigués, nous n’avons pas le choix, explique-t-elle. Nos salaires de bases sont tellement bas qu’on ne peut pas refuser du travail supplémentaire. Et quand on aimerait se reposer, notre patron nous oblige à travailler ».

« La réalité de ce qui se passe chez un fabriquant de sport est bien éloignée des droits garantis aux travailleurs par la loi ou les engagnements éthiques des grandes marques mondiales. » ONG : Clean Clothes Campain et Oxfam-international

Certains employeurs n’hésitent pas à imposer à leurs salariés de rester douze, seize, voire vingt-quatre heures non-stop en cas d’urgence.

D’ailleurs ce n’est certainement pas un hasard si, dans les neuf usines indonésiennes dans lesquels les associations ont enquêté, près de 90 % des salariés sont des femmes, considérées comme plus dociles par leurs employeurs.

[…] L’externalisation de la production est en effet un des fondements de leur [les multinationales] stratégie. Nike a poussé la logique à son terme : il ne possède aucune usine et a confié toute sa production à des sous-traitants.

[…] Au Honduras, par exemple, deux sous-traitants ont vu le prix d’achat de la douzaine de tee-shirts passer de 3,7 dollars en 2000 à 2,85 dollars en 2003. […] En fait, tout se passe comme si les multinationnales étaient schizophrènes : d’un côté, l’éthique souvent cloisonnée dans un service ad hoc, élaborant chartes, instruments de contrôle, etc., de l’autre, les achats avec leur logique inchangé de moins disant.

[…] De nombreux employés rapportent que les livres de salaires sont fasifiés, que l’usine est nettoyée avant une visite – et même parfois certains ouvriers sont priés de rester chez eux le jour J, mais aussi qu’ils sont entraînés à donner les « bonnes réponses » (une usine chinoise accorde à ceux qui jouent bien leu rôle une prime de 22 dollars !) […]

Franck Seuret Alternatives Économiques

Publicités

Propulsé par WordPress.com.