Collectif Anti-Jeux Olympiques | CAJO

janvier 20, 2006

Bibliographie critique du sport

Filed under: Bibliographie critique du sport — cajo @ 9:32

ARDOINO Jacques, BROHM Jean-Marie (Sous la direction de), Anthropologie du sport. Perspectives critiques (Actes du Colloque International Francophone, Paris – Sorbonne, 19-20 avril 1991), Paris, Andsha/Matrice/Quel Corps ?, 1991.

BAILLETTE Frédéric, BROHM Jean-Marie (Sous la direction de), Traité critique d’Éducation physique et sportive à l’usage de toutes les générations, Montpellier, Éditions Quel Corps ?, 1994.

BAUDRY Patrick, Le Corps extrême. Approche sociologique des conduites à risques, Paris, L’Harmattan, 1991.

BEAULIEU Michel, BROHM Jean-Marie et CAILLAT Michel, L’Empire football, Paris, Études et Documentation internationales, 1982.

BROHM Jean-Marie, Corps et politique, Paris, Éditions Universitaires, 1975.

BROHM Jean-Marie, Critiques du sport, Paris, Christian Bourgois, 1976.

BROHM Jean-Marie, Le Mythe olympique, Paris, Christian Bourgois, 1981.

BROHM Jean-Marie, Jeux olympiques à Berlin, 1936, Bruxelles, Éditions Complexe, 1983.

BROHM Jean-Marie, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992.

BROHM Jean-Marie, Les Meutes sportives. Critique de la domination, Paris, L’Harmattan, 1993.

BROHM Jean-Marie, Les Shootés du stade, Paris, Paris-Méditerranée, 1998.

BROHM Jean-Marie, Le Corps analyseur. Essais de sociologie critique, Paris, Anthropos/Économica, 2001.

BROHM Jean-Marie, La Machinerie sportive. Essais d’analyse institutionnelle, Paris, Anthropos/Économica, 2002.

BROHM Jean-Marie, PERELMAN Marc, Le Football, une peste émotionnelle, Paris, Éditions de la Passion, 2002.

BROHM Jean-Marie, CAILLAT Michel, Les Dessous de l’olympisme, Paris, La Découverte, 1984.

BUFORD Bill, Parmi les hooligans, Paris, Christian Bourgois, 1994.

CAILLAT Michel, L’Idéologie du sport en France, Paris, Éditions de la Passion, 1989.

CAILLAT Michel, Sport et civilisation. Histoire critique d’un phénomène social de masse, Paris, L’Harmattan, 1996.

COMERON Manuel, GOVAERT Serge, Foot et violence : politique, stades et hooligans. Heysel 1985, Bruxelles, Éditions De Boeck université, 1995.

ESCRIVA Jean-Pierre et VAUGRAND Henri (Textes présentés par), L’Opium sportif. La critique radicale du sport de l’extrême gauche à Quel Corps ?, Paris, L’Harmattan, 1996.

ILLUSIO, n° 1, (« Jeux olympiques-Jeux politiques »), juin 2004.

ILLUSIO, n° 2, (« Les Barbares. Compétition et obsolescence de l’homme »), juin 2005.

JENNINGS Andrew, La Face cachée des Jeux olympiques. Comment on achète les J.O., Paris, L’Archipel, 2000.

Les IrrAiductibles, n°4, (« L’institution du sport »), juin-juillet 2004.

MAITROT ÉRIC, Les Scandales du sport contaminé, Paris, Flammarion, 2003.

MEYNAUD Jean, Sport et politique, Paris, Payot, 1964.

MONDENARD (de) Jean-Pierre, Dopage aux Jeux olympiques. La triche récompensée, Paris, Amphora, 1996.

MONDENARD (de) Jean-Pierre et Quel Corps ?, Drogues et dopage, Paris, Chiron, 1987.

OBLIN Nicolas, Sport et esthétisme nazis, Paris, L’Harmattan, 2002.

OLLIER Fabien, VASSORT Patrick et VAUGRAND Henri (Sous la direction de), Les Cahiers de l’IRSA, n° 2 (« L’Illusion sportive. Sociologie d’une idéologie totalitaire »), Montpellier, février 1998.

PERELMAN Marc, Le Stade barbare. La fureur de spectacle sportif, Paris, Éditions Mille et une nuits, 1998.

PERELMAN Marc, Les Intellectuels et le football. Montée de tous les maux et recul de la pensée, Paris, Éditions de la Passion, 2002.

Quel Corps ? (Ouvrage collectif), Paris, François Maspero, 1978.

Quel Corps ? (Ouvrage collectif), Paris, Les Éditions de la Passion, 1986.

QUEL CORPS ? (Ouvrage collectif), Critique de la modernité sportive, Paris, Les Éditions de la Passion, 1995.

L’ensemble de la revue Quel Corps ?, (janvier 1975-mars 1997), et plus particulièrement :

Quel Corps ?, n° 25 (« La guerre olympique »), juin 1984.

Quel Corps ?, n° 30/31 (« Sociologie du sport »), juin 1986.

Quel Corps ?, n° 34-35 (« Corps symboliques »), mai 1988.

Quel Corps ?, n° 36 (« La barbarie olympique »), septembre 1988.

Quel Corps ?, n° 37 (« Paris-Dakar : massacre sponsorisé »), janvier 1989.

Quel Corps ?, n° 40 (« Football Connection »), juillet 1990.

Quel Corps ?, n° 41 (« Anthropologie du sport »), avril 1991.

Quel Corps ?, n° 43/44 (« Sciences Humaines Cliniques et pratiques corporelles, Tome 1, À nos amis les rats »), février 1993.

Quel Corps ?, n° 44/45 (« Sciences Humaines Cliniques et pratiques corporelles, Tome 2, À nos amis les singes »), mars 1993.

REDEKER Robert, Le Sport contre les peuples, Paris, Berg International, 2002.

SIMSON Vyv et JENNINGS Andrew, Main basse sur les J.O., Paris, Flammarion, 1992.

VASSORT Patrick, Football et politique. Sociologie historique d’une domination, Paris, Éditions de la Passion, 2002.

TSHIMANGA BAKADIABABU Évariste, Le Commerce et la traite des footballeurs africains et sud-américains en Europe, Paris, L’Harmattan, 2001.

janvier 18, 2006

Biographie du « baron »

Filed under: Pierre de Coubertin — cajo @ 9:26

Né en 1863 dans un milieu aristocratique, Pierre de Coubertin délaissa une carrière militaire ou politique et s’intéressa à l’éducation dont il considère le sport comme un élément essentiel. Après plusieurs voyages en Angleterre et aux États-Unis, il s’inspira des valeurs sportives qui y sont enseignées (compétition, dépassement de soi… ) pour prôner la pratique sportive et physique comme un moyen de redressement de l’esprit.Il créa le Comité international olympique le 23 juin 1894 et organisa les premiers jeux olympiques de l’ère moderne en 1896 à Athènes.

L’action et les motivations du « baron » sont intimement liés à ses convictions : l’inégalité des races et la supériorité masculine. Pour lui les jeux olympiques sont un moyen de mettre en avant ses idées et de faire revivre une supposée pureté des athlètes antiques. Il démissionna d’ailleurs en 1925 de son poste de président du CIO en raison de l’entrée des femmes dans l’arêne sous la pression des mouvements féministes.

Il mourut un an après les jeux olympiques nazi de Berlin 1936 qu’il aida à organiser et dont on peut supposer qu’ils furent, pour lui, les plus beaux (voir citation et photo).

Pour mieux cerner l’esprit de ce « colonialiste fanatique », selon ses propres mots, en voici quelques citations :

« Les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance. » cité par Yves-Pierre Boulongne dans « La vie et l’oeuvre pédagogique de P. de Coubertin »

« Comment voudriez-vous que je répudie la célébration de la XIº Olympiade ? (Berlin 1936) Puisque aussi bien cette glorification du régime nazi a été le choc émotionnel qui a permis le développement qu’ils ont connu. »

« Les sports ont fait fleurir toutes les qualités qui servent à la guerre : insouciance, belle-humeur, accoutumance a l’imprévu, notion exacte de l’effort à faire sans dépenser des forces inutiles »

« La théorie de l’égalité des droits pour toutes les races humaines, conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. »

De Coubertin et Hitlrer
De Coubertin, en bonne compagnie ?

À lire :

Afrikara : Pierre De COUBERTIN : Le père peu présentable des jeux olympiques modernes …

Wikipédia : Pierre de Coubertin

Pierre de Coubertin : le fasciste du sport, ses pensées, son oeuvre

janvier 16, 2006

Plein les yeux contre les jeux

Filed under: NON à Paris 2012 (visuels) — cajo @ 8:43

Autocollant1.jpg

bébéjo1.jpg

Proposition de message pour les panneaux d’informations parisiens :

paris2012.jpegpapris2012.jpg

logo_non4.jpg

Contre manif

La Brigade activiste des clowns lors d’un rassemblement propagandaire pour les J.O. à Paris.

janvier 15, 2006

Non aux Jeux Olymfric : NI ICI NI AILLEURS !

Filed under: NON à Paris 2012 — cajo @ 8:37

Comment peut-on être contre les Jeux Olympiques à Paris ?

D’ailleurs existe-t-il en France quelqu’un qui ne soit enthousiaste à l’idée de voir les J.O à Paris en 2012 ?

Certains syndicats seraient prêts à renoncer au droit de grève le temps d’une trêve olympique ! Bel enthousiasme et pourtant ?

Le C.A.J.O. (Collectif Anti-Jeux Olympiques) s’oppose à ces Jeux qui n’ont rien à voir avec le sport : ni bien-être, ni épanouissement personnel et collectif.

Les Jeux Olympiques, grande foire publicitaire prônant la compétition entre les individus et entre pays sont à l’image de notre société : infestés par la logique de l’argent et l’individualisme, sous couvert d’une fausse éthique et au détriment du bien-être social et environnemental.

Pas une rue, pas une station de métro, pas un bâtiment public qui ne milite pour « Paris 2012 ». Des millions sont déjà dépensés pour nous imposer ce projet, sans débat, sans transparence.

Sur ce sujet comme sur d’autres aujourd’hui, les médias n’autorisent qu’une position : celle d’un enthousiasme sans réserve.

Une fausse éthique car la corruption des membres du CIO, qu’un journaliste de la BBC a encore mis au grand jour récemment (1), n’est plus à démontrer. Les aspects financiers visibles ou occultes deviennent les principaux facteurs de décision.

Les J.O. se définissent comme une fête sportive mais le dopage (bientôt génétique) et les recherches des laboratoires pour créer des produits masquants ont réduit depuis longtemps de nombreux athlètes en de simples « machines à gagner ». C’est également au détriment de l’universalisme et de l’égalité des chances que les pays riches investissent dans leurs sportifs, ou achètent les sportifs des pays pauvres et remportent la majorité des victoires, ce qui leur permet par transfert d’asseoir leurs monopoles marchands (états-Unis) ou leurs dictatures (Chine) et renforcent les idéologies chauvines et nationalistes.

Les J.O. sont donc devenus une messe médiatique organisée par les publicitaires pour assener leurs messages mercantiles pour des produits malsains (boissons sucrées) et qui encouragent, au profit de multinationales, des comportements allant à l’encontre de la santé physique et mentale des individus (téléspectateurs passifs) .

Au premier rang de la promotion des J.O. à Paris, on retrouve également des marchands de canons (Lagardère), des pollueurs notoires (Air France, Renault, Lafarge, Bouygues) ou des entreprises connues pour leur mépris du droit du travail (Accor, Carrefour). Nous sommes loin d’un quelconque idéal sportif. Ces entreprises affirment que 42 000 emplois durables seront créés par les jeux mais les mauvaises expériences d’Athènes ou d’Albertville nous ont montré que ces emplois ne seront que précaires et à durée limitée. L’endettement est en revanche durable.

Le coût des jeux sera assumé par tous, comme les dégâts sur l’environnement. Les bénéfices seront, eux, privés.

Le maire de Paris nous parle de jeux respectueux de l’environnement ?

Que dire alors des centaines de milliers de personnes arrivant par avion (moyen de transport le plus polluant), des milliers d’affiches illégales, des déchets produits et du déballage sonore qui feront partie du grand matraquage auquel Paris aura droit ?

A-t-on consulté les Parisiennes et Parisiens pour savoir s’ils souhaitaient vraîment les Jeux Olympiques et s’ils étaient prêts à s’acquitter de leur coût énorme (4 milliards d’euros…, soit 2000 euros par parisiennes/ens) ?

Non. Ceux qui n’acceptent pas ce choix seront obligés, comme certains habitants d’Athènes, de quitter la ville pour pour fuir l’atmosphère nauséabonde du sport-business, de son flot d’images stéréotypées et de commandements à consommer ceci ou cela.

Mais sera-t-il encore possible de circuler et de penser librement dans une ville qui prévoit de mobiliser 46 850 policiers et militaires, de mettre en place des voies de circulations Olympiques, d’organiser un Festival Olympique des Arts, de lancer un programme éducatif Olympique de 4 ans dans les écoles…

Il est encore temps d’éviter cela.

Manifestez et diffusez ce message pour dire

« Oui au sport, donc Non aux Jeux Olymfric à Paris en 2012 ! »

1.Libération 04/08/004
2. http://larochelle.ubacto.com/actualites-la-rochelle/-100127.shtml
3. Source : Ville de Paris

Le C.A.J.O. vous donne rendez-vous :

– jeudi 10 mars à 14h : nous serons dans le « ravin » de la manif intersyndicale pour distribuer nos tracts et informer. Rdv au coin du boulevard de l’hôpital et de la rue Buffon (M° Gare d’Austerlitz).

– samedi 12 Mars à 14 heures: sur le parvis de l’Hotel de Ville (M°Hotel de Ville ). Pour une prière pour le Sport et les sponsors (avec l’église de la très sainte consommation) et pour une action anti-j.o.

Le Collectif Anti-Jeux Olympiques
———–

Le CAJO est soutenu par : Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP), SUD éducation Paris, Les Alternatifs, Le Publiphobe, Chiche! Paname, l’Église de la Très Sainte Consommation, les Brigades AntiPub…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.